Janvier 2009 – Le circuit élèves

La saison 2009 a commencé sur des chapeaux de roues ! En effet, dès l’entame de l’année, Point-Afrique Voyages / Bénin a eu l’honneur de recevoir un groupe scolaire – la plupart du secondaire – en provenance du Cameroun. Ils étaient une cinquantaine de diverses nationalités (Camerounais, Algériens, Marocains, Français, etc…) accompagnés de cinq enseignants encadreurs.

Nous étions deux guides de Point-Afrique à accueillir le groupe à l’aéroport avec notre grande banderole : un guide stagiaire et moi. Quatre bus ont été mis à la disposition du groupe durant le séjour qui se déroula en quatre lieux différents dans le sud du Bénin.

Après le petit déjeuner, le lendemain, nous voici en route pour Ouidah pour une immersion dans l’une des pages noires de l’humanité : la traite négrière. Mais déjà en cours de route, les élèves ont pu s’essayer à la pêche en tirant les filets de plus de cinq cent mètres de longueur avec les pêcheurs et ont pu échanger avec ces derniers sur cette technique de pêche qui nécessite beaucoup d’effort et dont la moisson parfois est maigre. Arrivés à Ouidah, pendant l’installation à l’hôtel, les élèves ont pu constater avec sourire aux lèvres qu’il y avait une piscine de grand standing… des bêtises en perspectives. Après le déjeuner, les élèves ont été conduits au Musée d’histoire de Ouidah où dans les entrailles du fort portugais, (l’effectif scindé en trois groupes assisté d’un guide et d’un encadreur) ont pu s’imprégner de ce commerce honteux qui avait eu lieu sur la côte. Ce fut une étape assez pédagogique car les encadreurs en ont profité de l’occasion pour développer des thèmes relatifs au programme scolaire en vigueur. À la fin de la visite du fort portugais nous avons laissé les bus afin de faire comme ces esclaves en marchant jusqu’à la porte du non retour, longeant la route des esclaves sur une distance de trois kilomètres.

Le lendemain après le petit déjeuner, nous voici en route pour la visite de la forêt sacrée où la notion de vodoun a pu être éclaircie. Nos jeunes touristes – même les Africains – avaient une mauvaise conception du vodoun. En particulier, l’amalgame autour du vodoun et de la magie a été dissipé.

Dans l’après-midi, les élèves ont eu droit à la visite de la maison de la mémoire de Ouidah, puis à une partie de danse des adeptes de vodoun. Le clou de la soirée fut la rencontre avec le chef suprême du culte vodoun.

Le lendemain nous primes la route pour la cité royale d’Abomey. L’après-midi fut consacrée au musée historique d’Abomey. Ce fut une étape très pédagogique aussi, riche en connaissance, historique et culturelle pour le bonheur des enfants. À tel point que, de retour à l’hôtel pour des exercices d’assimilation de connaissance, nos tentatives de les mettre en défaut furent vaines !

Le jour d’après, le groupe fit un bref passage au village Agongouinto, près de Bohicon. Agongouinto abrite des caves souterraines qui auraient servies de caches aux rois du Dahomey pendant les razzias dont ils étaient victimes de la part de leurs ennemis jurés, les Yoruba du Nigéria.

L’après-midi, de retour à Abomey, nous rendîmes une visite de courtoisie à l’un des rois d’Abomey qui, malgré son programme chargé, nous avait accordé ce privilège d’aller à sa rencontre. Nous fûmes tout d’abord reçu par ses dignitaires. Puis, très précisément à 14h30, dans un silence d’église, sa Majesté fit son entrée dans la salle. Toute l’assistance se leva comme un seul homme en signe de respect. Sur ordre de sa majesté, tout le monde s’est rassis et j’ai eu l’honneur de planter le décor en présentant les encadreurs qui à leur tour ont présenté leur groupe scolaire au roi. Ce dernier leur a souhaité la bienvenue au Bénin et plus particulièrement dans son palais et il leur prodigua de sages conseils. Il a souhaité que les enfants lui posa des questions. Des questions, nos élèves en avaient ! Sa Majesté ne s’est pas fait prié pour passer au peigne fin toutes les préoccupations des uns et des autres. Le livre d’or fut signé par le responsable des encadreurs et enfin vint le moment solennel : l’élévation de chaque élève et responsable au rang de Prince. En effet, chacun passe devant le roi et ce dernier lui met un chapeau de prince sur la tête et le bénit. Les enfants étaient aux anges et ils en ont gardé beaucoup de souvenirs… les flashes de photos jaillissaient de partout ! Ce fut donc sur une note de grande satisfaction que nous avions pris congé de sa Majesté pour terminer la journée par un tour de la ville d’Abomey à la découverte des palais privés en ruine des rois et de quelque temples vodoun.

Le lendemain fut une belle journée ! En route vers Porto-Novo, nous avons fait escale à Ganvié, le village lacustre. Ganvié est la « Venise de l’Afrique ». Les enfants ont pu voir de visu la vie sur l’eau : les techniques de pêches, la rue des amoureux, la maison de la francophonie, le marché flottant, des hôtels sur l’eau et ils ont même eu la chance de déjeuner sur l’eau.

Le dernier jour est arrivé. Avant de revenir à Cotonou, nous avons visité le musée ethnographique de Porto-Novo, où les élèves ont eu droit à des expositions sur trois thèmes qui nous sont chers au Bénin : La Naissance, la Vie et la Mort. Le soir, à l’aéroport de Cotonou, ce fut en apothéose que les guides et les chauffeurs ont été remercié avant l’embarquement. Nos jeunes voyageurs ont promis de revenir au Bénin ! Espérons ! Et, si vous me lisez, merci à chacun de vous pour tous ces moments de bonheur !2009 tourist season got off to a cracking start! Indeed, from the start of the year, Point-Afrique Travel / Benin had the honor to welcome at Cotonou airport a group of students – most high school – from Cameroon. They were about fifty from different nationalities (Cameroon, Algerians, Moroccans, French, etc …) accompanied by five teachers.

We were two guides from Point-Afrique to welcome the group at the airport with our large streamer: a trainee guide and me. Four buses have been available to the group during the stay of eight days, which took place in four different locations in southern part of Benin.

After breakfast the next day, we were on our way to Ouidah for a dive in one of the dark pages of humanity: the slave trade. But during the journey, students could already try their hand at drawing fishing nets of more than five hundred meters long with fishermen and could exchange with them on that fishing technique that requires much effort whose harvest is sometimes meager. Once in Ouidah, during the moving into their room at the hotel, the students have noticed with a smile that there was a large pool of high standing … stupid things in perspective. After lunch, students were taken to the Museum of History where in the bowels of the Portuguese fortress; (the group was actually split into three groups assisted by a guide and a teacher) could be imbued with that shameful trade which took place on the coast. It was quite an educational step for the teachers who seized the opportunity to develop topics related to the curriculum in force. At the end of the visit of Portuguese fortress, we left the bus to act as slaves to walk to the door of no return, along the slave road on a distance of three kilometers.

The next day after breakfast, we left the hotel to visit the sacred forest where the notion of voodoo has been clarified.

Our young tourists – even Africans – had a misconception of voodoo. In particular, the confusion around the voodoo and magic was dispelled.

In the afternoon, students were at the house of memory of Ouidah. Later, they attended a party of Voodoo followers’ dances. The highlight of the evening was the meeting with Supreme Leader of voodoo cult in Benin.

The following day we took the road to the royal city of Abomey. The afternoon was devoted to the visit of historical museum of Abomey. It was a very educational step too rich in historical and cultural knowledge for the joy of the children at such an extent that, when back to the hotel during a working session of comprehension, our attempts to catch them napping were in vain!

The next day, the group made a brief trip to the village called Agongouinto near Bohicon. Agongouinto where there are air-raid shelters which have served kings of Dahomey to conceal themselves from their enemies, the Yoruba of Nigeria during raids they were subjected to.

In the afternoon, when we were back to Abomey, we paid a courtesy visit to one of the kings of Abomey, who despite his busy planning, we were granted this privilege to meet him. We were first received by his dignitaries. Then, exactly at 14:30 in a silent of church, His Majesty made his entrance into the room. As one man, the audience rose as a sign of respect. On the orders of His Majesty, everybody sat down and I had the honor to set the stage by presenting the supervisors who in their turn presented their school to the king.

The latter welcome them in Benin and more particularly in his palace and advised them. He wanted the children to ask him questions. Questions, our students were ready for that! His Majesty answered all the concerns of each other. The guest book was signed by the representative of the teacher and at last came the solemn moment: the appointment of each student and teachers to the rank of Prince. Indeed, everyone passes in front of the king and the latter puts a cap of Prince on their head and blessed them. The children were ecstatic and they kept a lot of memories … Cameras flashlights flashed around! It was on a note of satisfaction that we had taken leave of his Majesty to finish the day with a trail of Dahomey to the discovery of the private palaces of kings in ruins and some voodoo temples.

The next day was a wonderful day! We headed to Porto Novo, with a stopover at Ganvié to the lakeside village. Ganvié is the « Venice of Africa ». The students could discover life on
water: traditional fishing techniques, the street of lovers, the house of the French-speaking world, the floating market, hotels on the water and they even had the chance to lunch in a hostel located on water.

The last day, before coming back to Cotonou, we visited the ethnographic museum in Porto-Novo, where students could discover exhibitions on three main cultural topics which are very important in Benin: Birth, Life and Death. In the evening at the Cotonou airport, it was in triumph that guides and drivers were thanked before boarding. Our young travelers have promised to return to Benin! Hopefully! And if you read me, thank you to all of you for these moments of bliss!

Posté le